logo Oareil Logo Alma

La maltraitance s'appréhende de façon relativement large et inclut deux définitions :

D'une part, celle du Conseil de l'Europe (1987) :

La maltraitance est une violence se caractérisant « par tout acte ou omission commis par une personne (ou un groupe) s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d’une autre personne (ou d'un groupe), ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière ».
 

D'autre part, celle d'Éliane Corbet à propos des violences institutionnelles :

" Entre dans le champ de la violence institutionnelle tout ce qui contredit ou contrevient aux lois du développement, tout ce qui donne prééminence aux intérêts de l'institution sur les intérêts de l'enfant" ou de la personne accueillie.
 

Sept types de violences ont été retenus par le Conseil de l'Europe, à savoir :

  • violences physiques : coups, contention abusive, soins brusques sans information ou préparation, violences sexuelles, meurtres (dont euthanasie)...
  • violences psychiques ou morales : langage irrespectueux ou dévalorisant, absence de considération, chantage, abus d'autorité, non-respect de l'intimité...
  • violences matérielles et financières : vols, exigence de pourboire, escroqueries diverses, locaux inadaptés...
  • violences médicales ou médicamenteuses : manque de soins de base, non-information sur les traitements ou les soins, abus de traitements, défaut de soins, non prise en charge de la douleur...
  • privation ou violation des droits : limitation de la liberté de la personne, non-recherche de consentement, privation de l'exercice de ses droits civiques, d'une pratique religieuse...
  • négligences actives : abus, abandons, manquements pratiqués avec la conscience de nuire, toutes formes de sévices...
  • négligences passives : négligences relevant de l'ignorance, de l'inattention de l'entourage, de la tentation de se substituer à la personne dans la prise de décisions ou l'accomplissement de tâches au lieu de l'aider à les prendre ou les accomplir par elle-même...

Qui sont les victimes ?

Des personnes vulnérables du fait de handicaps, de déficiences, de dépendance, etc. Des femmes et des hommes vivant en institution ou à domicile et qui se sentent isolés, oubliés, voire exclus de toute vie sociale et familiale. Des personnes qui peuvent être spoliées, manipulées, abusées par un entourage familial, par des personnes qui s’immiscent dans leur environnement, par des professionnels…

Vous n'osez pas parler...

  • Par crainte de vous tromper

    Les maltraitances ne sont pas toutes visibles ou évidentes et les personnes maltraitées gardent souvent le silence. Pourtant, certains signes peuvent vous alerter : marques physiques, comportements inhabituels, plaintes... Appelez-nous pour parler de vos inquiétudes, nous vous informerons et vous conseillerons.

  • Par honte ou par culpabilité
    Vous vous sentez coupables ? Ce qui se passe en famille est souvent tabou. Cette culpabilité vous empêche d’en parler. Appelez-nous pour une écoute sans jugement afin de briser enfin le silence.
  • Par crainte des conséquences
    ALMA Gironde comprend vos craintes. C’est pourquoi nous respectons les principes d’anonymat et de confidentialité. Ensemble, protégeons victimes et témoins !
Retourner en haut